Chapitre 4 : La France défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance.

Chapitre 4 : La France défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance.

Connaissances :

Définir les mots suivants :

armistice collaboration; ; Révolution nationale ; □ milice ; □ rafles ; □ camps d’internement ; □ STO

maquis ; réseau ; □ mouvement de résistance ;; □ Résistant ; □ clandestinité ; France libre ; □ FFI ; ; □ CNR 

Situer et ordonner dans le temps :

l’appel du général de Gaulle : 18 juin 1940

le régime de Vichy : 1940-1944

la fondation du Conseil National de la Résistance par J. Moulin : 1943

Connaître les personnages suivants :

Philippe Pétain Charles de Gaulle Jean Moulin

Méthode :

Analyser tout type de document qui permet d’interroger les différents points de ce thème que sont la défaite de 1940, le régime de Vichy, la France libre et la Résistance intérieure

Rédiger un développement construit sur les sujets de réflexion présentés ci-dessous.

Réflexion :

Décrire et expliquer :

– la défaite et ses conséquences, l’armistice et la fin de la IIIe République ; comment le régime de Vichy a collaboré avec l’Allemagne

– comment le régime de Vichy remet en valeur les valeurs républicaines

– comment la Résistance s’organise pour combattre le régime de Vichy et l’occupant.

Introduction : En mai 1940, l’armée française est mise en échec par l’armée allemande. C’est la Débâcle. La « bataille de France » aura duré six semaines. Au mois de juin, la France capitule.

La bataille de France, Source Karl Heinz Frieser, Le mythe de la guerre éclair, Belin, 2004.

Comment, dans le contexte de la guerre et de la défaite, la France bascule-t-elle d’un régime démocratique à un régime autoritaire ?

Comment la Résistance défend-elle les valeurs de la République ?

I. La défaite de 1940 et la fin de la IIIe République

Le 16 juin, le maréchal Pétain, « héros de Verdun », est nommé chef du gouvernement. Il demande l’arrêt des combats avec l’Allemagne. Le général de Gaulle s’oppose à cette décision dans son appel du 18 juin 1940. L’armistice est signé le 22 juin à Rethondes. La France doit accepter les conditions fixées par l’Allemagne.

Armistice : arrêt des combats mais qui ne met pas fin à la guerre

Les exigences sont sévères :

La France est coupée en deux. Dans la partie nord et sur le littoral ouest, elle est occupée par l’Allemagne. Au sud, c’est la zone libre dirigée par l’État français. L’Alsace et la Lorraine sont annexées par l’Allemagne. La France doit entretenir les troupes d’occupation.

C’est l’exode : 8 millions de personnes sont sur les routes en direction du sud. Le nouveau régime s’installe à Vichy.

Les pénuries liées à la guerre et la désorganisation de l’économie entraînent le rationnement de la population. Dès 1941, le gouvernement met en place des coupons pour approvisionner en produits de 1ère nécessité (nourriture, charbon, textile). Un marché noir se développe pour contourner ce système.

II. Le régime de Vichy et la collaboration

A. Un régime autoritaire et son idéologie

Pétain obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940, c’est la fin de la IIIe République et le début de l’État français. Il y a un culte de la personnalité.

Commerçants et particuliers sont invités à acheter et à exposer les portraits du maréchal ; idem dans les classes.

Docs 3, 4, 5 et 6 page 77-78 : Comment le régime de Vichy encadre-t-il la société française ?

Le régime de Vichy encadre la société par la propagande (événements sportifs, contrôle de la radio). Il rejette la IIIe République en emprisonnant les opposants politiques dans des camps d’internement. (Léon Blum est par exemple interné en 1940, au château de Chazeron, avant d’être déporté au camp de Buchenwald)

 

René Vachet, Centre de propagande d’Avignon, 1940-1942. « La Maison France »

Une Révolution nationale est instaurée : Idéologie du régime de Vichy fondée sur la devise « Travail, famille, patrie » et qui rompt avec les principes républicains de liberté, d’égalité et de fraternité.

Travail : lutter contre la paresse et les grèves, retour des corporations.

Famille : unie, la fête des mères, famille nombreuse

Patrie : fédérer les Français autour de l’État, « La France aux Français ».

B. Les formes de collaboration

Collaboration : action d’aider l’ennemi qui occupe le pays

manuel page 79

Collaboration politique et militaire : rencontre entre Pétain et Hitler à Montoire en octobre 1940 : « améliorer le sort des prisonniers, atténuer la charge des frais d’occupation »

Dès 1943 : création de la milice.

Milice : organisation paramilitaire chargée de traquer les Juifs, les réfractaires au STO et les résistants.

Collaboration économique : 650 000 travailleurs sont réquisitionnés dans le STO.

Service du travail Obligatoire pour les jeunes français de 20 à 23 ans : travailler gratuitement en Allemagne dès 1943.

La France doit verser des frais d’occupation, et une grande partie de sa production industrielle (ex : la construction aéronautique)

Collaboration dans la mise en œuvre du génocide des Juifs :

C’est un régime antisémite car les Juifs sont rendus responsables de la défaite. Ils sont exclus de la société, des fonctions publiques : enseignement, d’autres professions : directeurs, gérants de radio… Ils doivent porter l’étoile jaune.

La police française organise des rafles comme la «rafle du Vel d’Hiv » du 16 juillet 1942, pour envoyer les juifs vers les lieux de mise à mort.

Rafle : arrestation massive opérée à l’improviste.

III. Le combat des Résistances

A- La France libre : résistance extérieure.

Document radiophonique et version papier page 82 du manuel

1) Que demande le général de Gaulle ? (doc 1 page 82)

Il demande aux «officiers et les soldats français […], aux ingénieurs, [aux] ouvriers spécialistes des industries d’armement » de rejoindre la résistance. Il souhaite que la France continue de combattre.

2) Sur quelles forces le général de Gaulle s’appuie-t-il ? (doc 2 et 3 page 82-83)

Il s’appuie sur les colonies françaises, les Alliés britanniques.

Dès le 18 juin depuis Londres, Charles De Gaulle appelle à la résistance. Il fonde la France libre : un mouvement de résistance extérieure qui s’appuie sur les alliés de la France et sur ses colonies. (33 000 combattants des colonies françaises). Ce mouvement va combattre principalement en Afrique et lors de la Libération. Les FFL (Forces Françaises Libres) combattent aux côtés des Britanniques.

France Libre : mouvement de résistance extérieure créée à Londres par le Général De Gaulle.

B – La Résistance intérieure

Questions sur Lucie Aubrac et Jean Moulin à partir des questions du manuel.

1) Lucie Aubrac est professeur d’histoire. Elle entre en résistance en 1940 dans le mouvement Liberation Sud. Elle rejoint Londres en 1944.

2) Elle entre dans la résistance car elle refuse la guerre, le racisme. Elle souhaite informer les gens et s’oppose à la politique du régime de Vichy.

3) Les résistants se cachent dans le maquis pour préparer des ripostes ; saboter des trains, utiliser des radios clandestines pour diffuser des messages ; publication de journaux informant sur les actions.

4) Les résistants agissent secrètement et ont des faux papiers.

Ils risquent d’être arrêtés, torturés et fusillés.

5) Jean Moulin est préfet de Chartres mais révoqué par le régime de Vichy.

6) Il est chargé d’unifier les mouvements de résistance française.

Il va créer le CNR (Conseil national de la Résistance en mai 1943).

Il y a différentes formes de résistance : la création de mouvements de résistance (Libération Sud, Combat et Franc-Tireur), l’organisation d’évasion de résistants prisonniers, la fabrication de faux papiers, des journaux clandestins et la radio. Les résistants se cachent dans les maquis pour préparer des attaques contre l’occupant.

Maquis : Lieux difficiles d’accès servant de refuges pour les résistants (montagnes, forêts etc.)

Les résistants organisent des attentats et des sabotages.

Sabotage : action clandestine de détérioration ou de destruction, visant à rendre inutilisable un matériel, une installation civile ou militaire.

Les résistants s’exposent à des contrôles, des arrestations. Ils peuvent être emprisonnés, soumis à la torture et fusillés.

Conclusion:

En mai 1943, Jean Moulin fonde le Conseil national de la Résistance (CNR) qui réunit des délégués des mouvements de résistance, des anciens partis politiques et des syndicats. Le CNR reconnaît le général de Gaulle comme chef de la France résistante.

En juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie, la résistance organise le soulèvement de Paris qui est libéré le 25 août 1944.

Les français accusés ou soupçonnés de collaboration avec l’Allemagne sont humiliés sur la place publique (épuration sauvage) et exclus de l’administration.

Philippe Pétain est jugé et condamné à mort en août 1945 mais finalement à la prison à vie (il meurt à 95 ans en 1951). Pierre Laval est condamné à mort en 1945 (il est fusillé à 61 ans).

Un Gouvernement provisoire de la République Française (GPRF) rétablit la République et les libertés, annule les lois de Vichy.

fiche de révision régime de vichy

Sur la résistance, voici un excellent documentaire disponible en replay jusqu’au 20 mars sur l’engagement de lycéens parisiens dans la résistance intérieure. https://www.france.tv/france-2/infrarouge/2194205-les-lyceens-le-traitre-et-les-nazis.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :